Le festival est destiné à tous les publics :

  • habitants de Martinique mais aussi voyageurs
  • jeunes enfants, adolescents, adultes ou personnes âgées
  • toutes personnes souhaitant un accès à la culture à moindre coût

Le mélange des générations est un des éléments primordiaux du projet.

Les précédentes éditions du Lézard Ti Show ont eu un public de famille, enfants et adolescents. Pour cette édition, l’association espère accueillir un public toujours plus large en proposant des activités et des spectacles aussi pour les plus grands.

Le Lézard Ti Show a conscience de la difficulté de l’accès à la culture pour les familles rurales : l’association souhaite contribuer à l’épanouissement culturel et social des jeunes et moins jeunes en proposant un événement sur une commune du Nord Caraïbe.

Le festival propose ainsi aux familles, aux enfants, et adolescents en difficulté sociale ou financière d’explorer et de développer leur potentiel créatif.

En participant à cet événement, les jeunes et les familles se mobilisent et prennent confiance en eux lors des différents ateliers d’arts plastiques et d’arts du cirque animés par des artistes confirmés.

Comme les plus jeunes, les adultes ont également la possibilité de réaliser de nombreuses activités d’initiation à la jonglerie, à des jeux de société, du monocycle ou de la slakline.

Bien-sûr, les spectacles devraient pouvoir satisfaire l’émerveillement des plus jeunes, mais régaler aussi tous les adultes munis d’un bon sens de l’humour.

Plusieurs artistes professionnels et amateurs se mettront en avant afin d’offrir des moments inoubliables. Les enfants et leurs familles seront conviés à des spectacles flamboyants, des animations colorées et des activités éblouissantes.

« Ça évite de jouer à la PSP par exemple, on va dehors, on va par exemple au festival, et puis en joue, on s’amuse » Sahel, enfant interviewé par Martinique 1ère , le 10/11/13

« Il y a une bonne ambiance, et puis il y a plein de choses à découvrir en plus, c’est bien, on rencontre plein de monde » Corail, enfant interviewée par Martinique 1ère, le 10/11/13